Les Pilleurs d'Ame

Publié le par 1001bouquins

les-pilleurs-d-ame.jpg

 

Auteur: Laurent Whale

Résumé:

1666...
« Les grosses balles de plomb claquent sur le bois de la chaloupe. Je prends conscience que j'ai de l'eau jusqu'aux chevilles.
Peu importe : c'est un voyage à sens unique.
Plonger, tirer, plonger, tirer...
Un choc sourd. Nous avons touché.
— Lancez les grappins ! À l'abordage ! »

Suivez les pas de Yoran LE GOFF dans ce trépidant roman d'aventures où espionnage intergalactique se mêle à la flibuste du XVIIè siècle, et à ses marins gouailleurs !

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

C’est d’un livre tout à fait exceptionnel que je vais vous parler aujourd’hui : Les Pilleurs d’Ame, de Laurent Whale.

Pourquoi exceptionnel ?

Pour plusieurs raisons, dont voici la première :

Ce livre est la première parution d’une toute nouvelle maison d’édition : Ad Astra Editions, qui se lance dans la publication de livres SFFF, mais pas uniquement. Il va falloir garder cette maison d’édition à l’œil, car je pense qu’un grand nombre de petites merveilles vont sortir de chez eux. La magnifique couverture qui nous est servie montre d’ailleurs tout le talent de ces nouveaux éditeurs.

L’histoire est également un aspect non négligeable dans le fait que ce livre est exceptionnel. En effet, c’est un sujet très particulier, car l’auteur nous fait ici un mélange entre de la science-fiction, avec un roman d’aventure avec poursuite intergalactique, et de la flibusterie historique. Pour ceux qui ignorent ce qu’était la flibuste, il s’agissait  de genres de pirates qui menaient attaquent, pillages et autres horreurs pour le compte d’un roi.

Mais abordons plus en profondeur l’histoire du livre :

Au 17eme siècle de notre ère, il existait déjà de grandes confédérations entre de nombreuses planètes dans l’univers. Un groupement de personne, nommés cartels, se sont lancés dans le recrutement de gens présentant des caractéristiques vraiment particulières (les Imix) afin de leur laver le cerveau et de se servir d’eux pour réaliser des pillages intergalactiques.  L’un de ces recruteurs est envoyé sur la terre à ce qui est pour nous l’année 1666, dans le but de recruter un capitaine de la flibuste. Karban (qui se fera appeler Yoran Le Goff), membre du service anti-Imix, est alors chargé de le contrer et d’ainsi pouvoir prouver une fois pour toute l’existence de ces Imix.

Mais voila, le recruteur se dissimule extrêmement bien et Karban est alors obligé de se faire engager dans la flibuste pour le retrouver. Il sera alors amené à assister et participer à un grand nombre d’horreurs pour garder sa couverture et enfin tenter d’arrêter ce maudit recruteur.

L’un des plus gros points fort de ce livre est que, malgré qu’il soit assez court, son histoire est très originale et que le style de l’auteur est très agréable à lire. L’action ne manque pas une seconde et le livre se lit très facilement, l’écriture étant très fluide.

Je suis souvent dérangé par le fait qu’une histoire soit écrite à la première personne. Eh bien pour une fois, ce ne fut pas le cas, car le fait que le livre soit à la première personne ne gène aucunement la lecture, et lui donne même au contraire encore plus d’intérêt.

Pour ceux qui se poseraient la question, le livre n’est pas du tout rempli de termes techniques ennuyants comme c’est parfois le cas dans les textes de science-fiction. Par conséquent, je pense qu’il n’est vraiment pas nécessaire d’être un fan de SF pour éprouver un immense plaisir à cette lecture.

Vous l’aurez compris, j’ai encore eu un coup de cœur ( ça fait beaucoup ces derniers temps, mais je ne vais pas m’en plaindre) avec ce tome magnifique que je conseille à tous, fans de SF ou pas.

Un immense merci à Archessia pour m’avoir prêté cette merveille.

Publié dans Science-fiction : OS

Commenter cet article

Archessia 29/09/2010 12:30


Malheureusement, j'ai également cette image "Star Wars" de la SF, comme dit Lelf. Le terme même avait tendance à me rebuter, à carrément me faire peur en fait.
J'ai tellement aimé Les Pilleurs d'Âmes que ça m'a donné envie d'explorer un peu ce genre, et j'espère pouvoir tomber sur d'autres perles à l'avenir.
Et, Lelf, j'en profite pour te piquer ton conseil lecture ! :D


Lelf 29/09/2010 10:30


Mais de rien. Et tu es tout pardonné. ^^

Ça me fait de la peine que la SF qui est un genre aussi riche, souffre d'une image "star wars" et "boulon, mécanique, vocabulaire bizarre". J'ai lu des poèmes en science fiction, j'ai lu des
aventures humaines formidables, sans parler de tous ces romans qui font bien réfléchir sur notre présent en nous parlant de futur. :)
Je comprends tout à fait ton exemple, Simmons n'est pas des plus faciles d'accès. ^^

J'ai un titre que je conseille à des non amateurs de sf pour briser leurs préjugés. C'est un space opéra qui emmène en pleine guerre (ça fait peur hein ^^) dont le héro a 75ans et dont finalement
l'aventure, c'est avant tout de vivre une deuxième vie et de revivre tout ce qui fait qu'il est humain. J'ai ri et presque pleuré en lisant. Après je ne sais pas s'il t'intéressera puisque chacun a
sa sensibilité envers la sf, mais si tu veux regarder de plus près c'est "Le Vieil Homme et la Guerre" de John Scalzi.

Sinon de manière générale la SF française est très intéressante je trouve, différente de la sf anglophone et plus portée sur un mélange des genres qui peut attirer un public moins "pur sf". Mais
même en francophone il y a de tout (essaye un Pierre Bordage peut être ?)

En tout cas, bonne continuation de découverte :)
(et désolée pour les tartines de commentaires :D)


1001bouquins 29/09/2010 14:28



Merci et pour les longs commentaires, ça ne me dérange pas du tout, au contraire, ça prouve que tu es passionnée :)


 


Je vais suivre ta proposition et rajouter ce livre à ma wishlist.


Pour Bordage, j'ai déjà 4 de ses livres dans ma PAL (Les Fables de l'Humpur et le 3 tomes de Les Guerriers du Silence). Je me mettrai à les lire un de ces jours :)


 


A toi aussi bonne continuation, et très bonnes futures lectures ;)



Lelf 28/09/2010 20:56


Excuse moi, mais je sors mon fouet, parce que tu le mérites (en toute amitié).
"termes techniques ennuyants comme c'est souvent le cas dans les textes de sf"... Non, je suis désolée.

En SF il y a de tout et de rien, il y a des textes tellement peu techniques que les gens ne pensent pas que c'est de la SF au premier abord et il y a aussi des Space Opera avec des vaisseaux et des
guerres galactiques ou le technique n'envahit rien, il y a aussi de la SF scientifique où le technique est là appliqué à des théories et principes mathématiques ou physiques.

Bref, la SF c'est bien loin d'une majorité de termes techniques ennuyeux. Je comprends qu'on n'aime pas la SF technique (moi même, quand j'ai plein de descriptions techniques je m'ennuie et je
n'aime pas ça), mais je n'aime également pas ces généralités et a priori qui tuent la SF aujourd'hui (oui oui, "tuent", la SF va mal, notamment à cause de sa mauvaise image injustifiée).

Voilà, je m'excuse encore, je monte sur mes grands chevaux dès que je vois des trucs comme ça, ce n'est pas contre toi. J'espère que tu ne m'en voudras pas ^^

Je suis ravie que tu aies apprécié Les Pilleurs d'Âmes, mais c'est un roman de SF comme un autre. De la SF il y en a pour tous les goûts. Par contre la SF flibustière c'est effectivement original,
même si on en voit fleurir depuis quelques années, et ce roman est vraiment bien fait. :)


1001bouquins 29/09/2010 08:41



Je ne t'en veux pas, ne t’inquiète pas^^. Au contraire, j'aime que chacun vienne donner son opinion :)


J'aurais en effet du mettre "comme c'est parfois le cas", car il est vrai que ce n'est pas une généralité, mais on en rencontre quand même assez fréquemment, c'est plus dans ce sens là que je
voulais dire ça^^. Je ne voulais donc pas parler d'une généralité et c'est pour ça que j'avais mis souvent aux lieu d'autres termes comme "en général", "la plupart du temps" ou autre. Je me rend
compte de ma mauvaise utilisation des termes et je vais changer tout de suite mon souvent par parfois^^


Et puis, pour ce qui est des livres avec des termes techniques, c'est juste un défaut, mais ça ne rend pas un livre mauvais pour autant. En disant ça, je pense notamment aux Cantos d'Hyperion, où
il y a pas mal de termes techniques, mais tout le reste est tellement génial qu'on en oublie rapidement ce petit défaut.


Je ne m'y connais pas encore énormément en SF, ma spécialité étant d'avantage de la fantasy, donc pardonne mes erreurs :s. Et je compte bien me rattraper en lisant plus dans ce domaine, car je
commence vraiment à accrocher :)


Merci beaucoup pour ton avis