Contes de villes et de fusées

Publié le par 1001bouquins

contes-de-villes-et-de-fusees.jpg

Anthologie

Résumé:

Princesses richissimes, enfants abandonnés, loups terrifiants et fées marraines se réincarnent à notre époque ou dans un avenir lointain.

Les héritiers de Perrault, des frères grimm ou d'Andersen donnent libre cours à leur imagination pour tordre, transformer et réécrire les contes de fées.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Je vais cette fois vous parler pour la première fois d’une anthologie. Il s’agit de la deuxième sortie des éditions Ad Astra : Contes de villes et de fusées, qui a été dirigée par l’anthologiste Lucie Chenu.

Cette anthologie regroupe de nombreux auteurs francophones assez connus, tels par exemple Lionel Davoust ou Mélanie Fazi. Lucie Chenu leur a demandé à tous de réécrire un conte connu (pris d’Andersen, des frères Grimm ou autre) en l’adaptant à notre époque ou au futur (science-fiction).

C’est donc avec joie que j’ai ouvert ce livre pour y découvrir ce que ces auteurs avaient créés. Que d’agréables surprises, c’est vraiment une anthologie qui regroupe de magnifiques nouvelles. Rien que la courte postface de Lucie Chenu sur l’évolution des contes m’a énormément plût.

Concernant les contes en eux-mêmes, j’ai tout à fait accroché. Certains ont un sens moral très prononcés, d’autres sont tristes, joyeux, etc. Il y a même certains contes qui sont vraiment osés, aussi bien sur le plan de la violence que du sexe (je ne verrai plus jamais le petit chaperon rouge de la même manière), qui font que ce recueil, bien qu’il traite de contes de fées, n’est pas à mettre entre les mains des enfants.

Chaque histoire, bien qu’elle reprenne dans les grandes lignes des contes connus (elles s’en éloignent parfois très fort), sont toutes uniques et les lire est avant tout une magnifique découverte. Chaque auteur a son style propre, ce qui rend chaque récit différent du précédent, nous faisant découvrir à travers un seul livre tout un panel de style d’écriture différents, tous aussi bien les uns que les autres.

Une chose que j’aimais bien faire à la lecture d’une des nouvelles était de tenter de deviner de quel conte l’histoire est prise (je vous rassure, à la fin de chaque conte, l’auteur explique sur quoi il s’est basé et ce qui a motivé son choix, ce qui fait que l’on sait toujours, quoi qu’il arrive, de quel conte on parle). Bien que ce soit parfois facile (pour certaines nouvelles, rien que le titre est évocateur), il arrive que la ressemblance soit plus dans le subtil, et ça devient donc très compliqué de trouver de quoi est issu tel conte.

Quoi qu’il en soit, je ne vais pas vous parler de chaque conte en particulier, mais plutôt vous conseiller d’aller les découvrir par vous-même en vous jetant sur cet ouvrage magnifique sans tarder.

Publié dans Science-fiction : OS

Commenter cet article